PALIM - Projet pilote européen liant le développement des TIC au Maroc aux métiers en pénurie en Flandre

Divider text here
Bruxelles, le 27 novembre 2019 | L'Union européenne, le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD) et l’Agence belge de développement Enabel testent un modèle innovant de migration liant le développement du secteur des TIC au Maroc à la pénurie d’informaticiens qualifiés en Flandre.

Ce modèle, « Global Skills Partnership», considère que la mobilité du travail n'est en effet bénéfique pour toutes les parties que si les employés potentiels peuvent trouver un emploi qualifié dans leur pays d'origine et dans le pays de destination.

Le ‘Projet pilote répondant aux pénuries de main-d’œuvre grâce à des modèles innovants de mobilité’ (PALIM) s’étend du 1er mars 2019 au 31 août 2020. Il est mis en œuvre et coordonné par l'Agence belge de développement Enabel, en partenariat avec le Service flamand pour l’emploi et la formation professionnelle (VDAB), l’Agence nationale marocaine de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC), le Réseau flamand d’entreprises (VOKA), la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), la Fédération belge d’entreprises technologiques (AGORIA) et la Fédération marocaine des Technologies de l'Information, des Télécommunications et de l'Offshoring (APEBI).

Le monde est en pleine mutation et l’adéquation des besoins et des ressources en terme de main d’œuvre dépasse les frontières d’un pays. « Ce nouveau projet permet de contribuer à notre réflexion sur les liens entre développement et migrations, tout en étant mutuellement bénéfique pour le Maroc et la Belgique », déclare Jean Van Wetter, le Directeur général d'Enabel.

Au terme d’un appel lancé par l’ANAPEC, quelque 9.677 personnes ont posé leurs candidatures. Les 120 d’entre elles sélectionnées (provenant de tout le territoire marocain, dont 18% de femmes) ont entamé le 12 novembre, une formation de cinq mois au Maroc (TIC, compétences non techniques, anglais et séances d’information sur la vie en Belgique) afin d’accroître leurs chances sur le marché du travail.

Nonante candidat.e.s seront encadré.e.s dans l’optique de décrocher par la suite un travail au Maroc, tandis qu’une trentaine aura l’opportunité de venir travailler en Flandre. Les premier.e.s informaticien.ne.s marocain.e.s devraient donc entamer leur travail en Flandre au second trimestre de 2020.

En octobre, le projet a organisé des sessions d’information à destination des entreprises flamandes, qui offrent jusqu’à présent une vingtaine d’emplois.  L’ANAPEC sera également accompagnée pour développer ses services dans son propre pays, vu que le Maroc s'attend d'ici 2020 à avoir besoin de plus de 30.000 professionnels de l'IT et que les formations ne sont pas suffisamment alignées aux besoins du marché du travail.

En outre, une composante de recherche académique est également intégrée au projet, en partenariat avec l’Université de Gand et l’UCLouvain.

Le projet, doté d’un budget de 1,5 million d'euros, est mis en œuvre par Enabel, avec le soutien financier de l'Union européenne. Cette initiative innovante fait partie des projets pilotes sur la migration régulière financés au travers du Fonds d’appui aux Partenariats pour la mobilité, géré par le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD). Le modèle, regroupant une palette d’acteurs divers, pourra ensuite être dupliqué dans d’autres secteurs du marché du travail et avec d’autres pays.

RESTEZ INFORMÉ

Divider text here
Suivez nos actions ainsi que les tendances de l'aide internationale, sous un angle belge.