Wehubit soutient cinq solutions numériques dans la santé

Divider text here
©PharmAccess
Le programme Wehubit de l’Agence belge de développement Enabel a sélectionné cinq projets numériques dans le secteur de la santé qui bénéficieront d’un subside afin de transposer leurs activités à plus grande échelle. Wehubit appuie la digitalisation comme levier d’accélération du développement durable en octroyant pour ce faire des subsides à des projets qui apportent des solutions numériques dans un domaine spécifique.

Soins de santé universels

Les soins de santé universels figurent en tête des priorités des Objectifs de développement durable. La mise en œuvre stratégique de la technologie numérique est précisément une manière d’atteindre ces objectifs d’ici à 2030. Aussi, Wehubit entend contribuer à la transposition à plus grande échelle de projets numériques qui misent pleinement sur le droit à la couverture maladie universelle.

Dans le cadre de cette vague de subsides, quelque 1.714.611 euros ont été alloués à cinq initiatives qui apportent une réponse numérique aux défis du secteur de la santé. Grâce à ces subsides, les bénéficiaires sélectionnés continueront à développer leurs outils d’e-santé au Burkina Faso, en République démocratique du Congo, en Tanzanie (Zanzibar) et en Ouganda.

Bénéficiaires sélectionnés

En Ouganda, Brick by Brick entend améliorer l’accès des mères aux soins de maternité. Cette organisation utilise le réseau de téléphonie mobile et les plateformes de paiement existantes pour mettre les femmes en contact avec des conducteurs de motos et de taxis. Lorsqu’elles se rendent aux consultations prénatales recommandées, les femmes reçoivent par SMS des bons de transport, qu’elles peuvent ensuite utiliser pour faire gratuitement appel à un chauffeur de taxi moto ou automobile lorsqu’elles sont sur le point d’accoucher et doivent se rendre rapidement au centre de santé.

Si ces bons de transport incitent les femmes à se rendre aux consultations prénatales, le projet vise également à faire en sorte qu’un plus grand nombre de femmes se rendent dans les centres de santé pour y accoucher ; elles y bénéficient en effet de soins de maternité compétents, ce qui réduit les risques.

Deux projets sont mis en œuvre à Zanzibar : le premier, PharmAccess, est une application numérique qui collecte des données médicales dans des établissements de santé sur l’île. Cela permet de contrôler les coûts de certains traitements médicaux ainsi que le type de soins dispensés dans ces centres de santé. Grâce à ces informations, le ministère de la Santé, qui procède actuellement à une refonte complète du système de santé, est en mesure d’identifier plus rapidement les lacunes et d’élaborer des solutions plus ciblées.

Le second, D-Tree International, a développé une application mobile qui s’adresse aux agents de santé de première ligne : elle leur fournit un appui lorsqu’ils prodiguent des soins de base aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans. Grâce à un plan étape par étape, ils sont en mesure d’évaluer mieux et plus rapidement les situations à risque, de prodiguer des soins et d’orienter à temps les femmes vers des établissements de santé afin de réduire de la sorte le taux de mortalité en cas de grossesses à risque.

Un quatrième projet est mis en œuvre par Physicians for Human Rights en République démocratique du Congo. La violence sexuelle demeure une réalité quotidienne dans ce pays en proie aux troubles. Ce type de violence n’est toutefois souvent pas bien documenté, de sorte que les auteurs ne sont pas poursuivis et les victimes pas suffisamment entendues. L’application mobile aide les médecins en consultation à recueillir, stocker et tenir à jour les preuves nécessaires, et, au besoin, à les transmettre aux forces de l’ordre, dans le respect de la vie privée et de la protection des données confidentielles.

Le cinquième et dernier subside est alloué à l’organisation de développement GRET. Au Burkina Faso, les agents de santé ne bénéficient que de très peu de soutien pour les aider dans leur tâche de prestation de soins de santé de première ligne dans des régions très reculées. En raison de la situation sécuritaire et des ressources limitées, le gouvernement burkinabè éprouve des difficultés à les superviser et à les former. À travers des messages de sensibilisation diffusés par SMS, GRET entend aider et former les agents de santé à distance. Elle a développé 300 types de messages différents ainsi qu’un accompagnement audiovisuel qui peuvent être visionnés, au moyen de cartes microSD, sur des tablettes et des téléphones.

Arnaud Leclercq, Coordinateur de Wehubit, ne cache pas son enthousiasme par rapport à cette vague de subsides. « Les cinq projets ont été sélectionnés parmi plus de 79 propositions par l’intermédiaire d’une procédure de sélection très compétitive. Nous croyons fermement que les innovations numériques jouent un rôle important dans la construction d’un monde meilleur et durable. Cette vague de subsides montre qu’il existe de nombreuses initiatives pour améliorer les soins de santé et les rendre plus accessibles à tous. »

-----------------------------------

Wehubit

Lancé en 2018, le programme Wehubit soutient des projets désireux de diffuser et de déployer à plus grande échelle des solutions numériques existantes. Le programme recherche principalement des solutions éprouvées qui peuvent être reproduites dans d’autres secteurs et régions. Wehubit gère des fonds provenant d’investisseurs publics et privés qui souhaitent donner un petit coup de pouce à des projets de développement numérique. Les subsides sont accordés à des organisations à but non lucratif. Des appels à projets thématiques sont régulièrement publiés sur le site de Wehubit. Si les thématiques précédentes avaient trait à l’agriculture climato-intelligente et aux droits des femmes et des jeunes, à l’inclusion et à l’autonomisation, en janvier 2020 sera lancé un nouvel appel à projets, axé cette fois-ci sur la réduction de la fracture numérique.

Enabel

Enabel est l’Agence belge de développement. En sa qualité d’organe d’exécution et de coordination de la politique belge de développement international, Enabel travaille principalement pour l’État belge. Mais notre Agence met aussi en œuvre des actions pour le compte d’autres mandants nationaux et internationaux. Enabel gère quelque 150 projets, et ce, essentiellement dans les États fragiles d’Afrique. Notre Agence compte 1.500 collaborateurs, dont plus de 70 % de personnel local.

Plus d'information?

Attachée de presse Delphine Van Durme
delphine.vandurme@enabel.be
+32 478 16 02 83

RESTEZ INFORMÉ

Divider text here
Suivez nos actions ainsi que les dernières tendances 
en matière de coopération au développement.