Cocréer la sécurité pour recréer la confiance | Enabel - Agence belge de développement

la police de proximité: Cocréer la sécurité pour recréer la confiance

Divider text here
5 questions à Carine Vanden Borre
Cheffe de projet Appui et Proximité au Burkina Faso
Vous travaillez sur un projet de police de proximité. En quoi cela consiste-t-il ?

Beaucoup pensent que la police de proximité n’est rien d’autre qu’un service de police supplémentaire qu’on met en place dans les quartiers, près des gens. C’est en réalité beaucoup plus complexe. Pour commencer, la police de proximité est une philosophie qui doit être comprise et intégrée par tou·tes les membres des forces de sécurité : police, gendarmerie, eaux et forêts…

Ensuite, elle repose sur la prévention : l’idée n’est pas d’intervenir pour lutter contre les actes criminels, mais bien de prévenir leur survenance. Ce qui nous amène à une troisième caractéristique de la police de proximité : elle repose sur la confiance entre la population et les forces de l’ordre. Cette confiance est indispensable pour faire remonter les informations. Au Burkina Faso, il règne une grande méfiance vis-à-vis de la police. Nous avons donc dû œuvrer à recréer cette confiance, à multiplier les contacts. Par exemple, en mettant en place un mécanisme de concertation afin d’organiser des réunions régulières ou ponctuelles, en fonction des besoins. 

Nous avons également travaillé à faire comprendre aux forces de l’ordre qu’elles étaient aussi redevables envers la population de l’usage fait des informations transmises. Les personnes ont besoin de savoir que leur action ou que l’information qu’elles ont partagée a permis de prévenir tel ou tel acte. Cela contribue à renforcer la confiance.  
"Des enfants désœuvrés et livrés à eux-mêmes dans la rue, ce n’est jamais une très bonne chose. Avec l’aide de la communauté locale, nous avons mis en place un « camp de vacances » qui a regroupé une centaine d’enfants de 8 à 17 ans pendant deux semaines."
Pouvez-vous donner des exemples concrets ?

Dans la région du Centre-Est, où notre projet est mis en œuvre, beaucoup de familles avaient un petit commerce transfrontalier : le mari était fonctionnaire ou employé, et l’épouse gérait ce petit commerce. Mais à cause du terrorisme et de la crise du COVID-19, les frontières se sont refermées, et cette source de revenus s’est tarie. De nombreuses familles n’ont plus eu les moyens de mettre leurs enfants à l’école.

Des enfants désœuvrés et livrés à eux-mêmes dans la rue, ce n’est jamais une très bonne chose. Avec l’aide de la communauté locale, nous avons mis en place un « camp de vacances » qui a regroupé une centaine d’enfants de 8 à 17 ans pendant deux semaines. Le but était de les occuper, mais aussi, par le biais de différentes activités, les sensibiliser aux risques de leur situation, à la délinquance de rue et aux différentes infractions susceptibles de les impliquer en tant qu’auteur·es ou que victimes, mais aussi aux risques du recrutement par des groupes terroristes. 

Ce camp a eu énormément de succès, au point que nous avons hélas dû limiter les places. Une des réussites que nous avons connues concerne un enfant qui était déjà un petit délinquant de rue. Il est venu à notre camp une journée. Le lendemain, il n’est pas venu, parce qu’il avait commis un vol. Les Koglweogo, une milice traditionnelle, en avaient eu vent et l’avaient arrêté. Nous avons pu envoyer un négociateur chez eux pour faire relâcher cet enfant. Il est revenu au camp et l’a fréquenté assidument. Par la suite, ses parents nous ont appris que les relations avec leur enfant s’étaient améliorées, et qu’il avait même accepté de reprendre le chemin de l’école.
Ces milices sont justement présentes au Burkina Faso. Comment faites-vous pour les intégrer dans ce projet ? 

Pour nous, des milices comme les Koglweogo font partie de ce que nous appelons les « initiatives locales de sécurité ». Elles ont donc leur place dans notre projet.

Nous sommes parvenus à ce que certains d’entre eux s’interrogent sur leurs pratiques (ndlr : les Koglweogo arrêtent les criminels supposés, parfois les battent et imposent comme punition, outre la réparation du préjudice, le paiement d’amendes). Nous entretenons par exemple d’excellents rapports avec le chef des Koglweogo de la Province du Boulgou. Le fait d’avoir choisi une approche centrée sur la discussion et l’échange plutôt que sur la confrontation nous a permis d’établir un véritable dialogue. Au point qu’il y a aujourd’hui un noyau qui collabore avec les forces de sécurité. 

Le nœud de notre action, c’est de concilier nos objectifs et les besoins concrets du terrain. Cela implique de parler avec tous les acteurs : forces de police, autorités locales, initiatives locales de sécurité, organisations de la société civile, chefs coutumiers… L’idée est de parvenir à formuler des objectifs que chacun peut s’approprier. 

Pour moi, la réussite d’un projet repose sur l’implication de toutes les parties prenantes. Montrer à tou·tes les participant·es leur capacité à prendre les choses en main. Renforcer les liens entre la population et les forces de sécurité, par exemple, permet non seulement de contribuer à la réduction de la criminalité, mais aussi de résoudre les conflits entre personnes avant qu’ils ne débouchent sur de la violence. Au final, cela renforce la cohésion sociale. Et cela garantit une participation de toutes les parties pour construire ensemble plus de sécurité pour toutes et tous.  
La situation politique a-t-elle eu un impact sur votre projet ?

Oui, de manière globale. Bien sûr, les projets « sécurité » comme la police de proximité sont mis en œuvre sous l’autorité du ministre de la Sécurité et avec la collaboration de la Direction générale de la Police nationale et de l’État-major de la gendarmerie, qui ont tous changé actuellement. 

Il y a donc un impact à ce niveau, et un dialogue à rétablir. Mais le gouvernement de transition a aussi mis en place des délégations spéciales pour travailler sur le terrain avec les municipalités. Et nous y retrouvons les parties prenantes qui sont déjà nos partenaires sur le terrain. 

Au niveau opérationnel, nous poursuivons donc les activités en cours. Au niveau stratégique, nous avons un peu ralenti le rythme en attendant de savoir qui seront nos interlocuteurs. Nous devons par exemple travailler sur des plans locaux de sécurité, ou intégrer des aspects sécuritaires dans les plans locaux de développement. Mais nous attendons encore que les délégations spéciales soient fixées et nommées. Néanmoins, je pense que tout cela va évoluer dans le bon sens. 
"Les policiers comprennent désormais qu'ils sont également redevables envers les citoyens de l’usage fait des informations transmises. Les gens ont besoin de savoir que leur action ou les informations qu'ils ont partagées ont contribué à prévenir un crime particulier. Cela contribue à instaurer la confiance."
Comment assurerez-vous la pérennité de vos initiatives après la fin du projet ?

Nous y pensons depuis le début du projet. Prenez l’exemple du « camp de vacances » pour les jeunes. D’entrée de jeu, nous avons impliqué l’action sociale, qui est un service provincial.

C’est une dame de l’action sociale qui s’est occupée de la gestion du premier camp. Nous avons aussi collaboré avec une association appelée le « parlement des enfants », elle-même chapeautée par l’action sociale. C’est d’ailleurs en discutant avec eux que l’idée a germé. Nous avons réuni les parties impliquées et nous avons aidé à la formaliser, à la cadrer et à la mettre en œuvre. Puisque c’est à présent dans les mains de l’action sociale, cette initiative s’étend peu à peu dans la région, et nous savons qu’elle sera poursuivie après notre départ. 

Nous essayons d’adopter la même philosophie pour chacune de nos actions. Ainsi, le dialogue avec les Koglweogo existe avec les responsables, mais aussi avec leurs base Et nous essayons de jeter des ponts entre eux et les forces de sécurité. Nous travaillons aussi beaucoup avec les chefs coutumiers. Lorsque nous arrivons dans une nouvelle commune, ce sont d’ailleurs les premières personnes que nous voyons. Avoir l’appui du chef coutumier facilite beaucoup les choses.  

Photos : Header: ⒸEnabel, autres images:  ⒸEnabel/xzotik

RESTEZ INFORMÉ

Divider text here
Suivez nos actions ainsi que les dernières tendances 
en matière de coopération au développement.