Plongée dans l’oasis de Tata Titre au Maroc

Les femmes au cœur de l’économie sociale et solidaire

Dans la province de Tata dans la région marocaine de Souss-Massa, la coopérative de services féminine « Tiguisselt » fait beaucoup parler d’elle. Véritable tremplin d’émancipation féminine et vecteur de croissance de l’économie locale, Sarah Siouad, sa présidente et co-fondatrice, nous raconte son histoire.

 

Un départ social


Tout commence en 2015 lorsque Sarah, ensemble avec 13 autres femmes du douar* (*nbp : région administrative rurale) de Tiguisselt, créent une association sociale qui propose également des services liés à l’agriculture.

Les 14 femmes, âgées de 26 et 50 ans, ont des profils très variés – allant d’analphabètes à étudiantes universitaires. Désireuses d’améliorer la qualité de vie au sein du douar, elles décident de créer l’« Association Initiative et Renaissance Douar Tiguisselt ». Elles réalisent plusieurs actions sociales telles que la distribution de paniers de Ramadan, de vêtements ou de fournitures scolaires, ainsi que l’animation d’activités ludiques au profit des enfants du douar.

En plus de ces activités, l’association propose des prestations de services d’entretien des palmeraies telles que le nettoyage des champs, le nettoyage des touffes et la récolte.

A gauche : Sarah Siouad, présidente de la coopérative Tiguisselt

D’une association vers une coopérative


En 2018, avec l’appui du projet PAGIE, elles décident d’adopter un nouveau statut en phase avec leurs ambitions.

En effet, contrairement à une association qui doit toujours être à but non lucratif, une coopérative est une entreprise à but lucratif qui contribue au développement de sa communauté. Le statut de coopérative permet de générer du profit et d’en redistribuer une partie entre membres, tout en gardant certaines valeurs telles que justice sociale, équité et égalité. Une autre valeur inhérente aux coopératives est la démocratie : chaque membre dispose d’un droit de vote égalitaire quel que soit son statut selon le principe « une personne = une voix ».

« Passer au statut de coopérative nous permet d’apprendre et de nous autonomiser financièrement sans sacrifier le volet humain dans nos interventions » explique Sarah SIOUAD, présidente de la coopérative.

Durant la première année, les femmes de la coopérative travaillent uniquement avec les agriculteurs du douar. Petit à petit, elles agrandissent leurs activités aux oasis avoisinantes. Depuis 2021,  elles engagent ponctuellement du personnel externe pour les soutenir, créant ainsi de l’emploi au sein de leur communauté.

 

Des ambitions grandissantes


Portées par le succès de leurs activités, la coopérative ambitionne désormais de concevoir des services de valorisation des déchets du palmier (transformation en aliment de bétail, ou même vanneries et tapis) pour multiplier les sources de revenus de ses membres. Toutefois, pour ceci, un local est nécessaire.

« Nous sommes actuellement à la recherche de partenariat et de financement pour construire notre propre local. Il y a 4 ans, je n’aurais jamais imaginé prendre de telles mesures. Les compétences que nous avons acquises grâce à l’accompagnement et les formations organisées dans le cadre du PAGIE nous permettent d’entreprendre de telles démarches aujourd’hui. »

Qualité de vie améliorée


Selon Sarah, la plus grande réussite de la coopérative est l’autonomisation et l’amélioration de la qualité de vie de ses adhérentes.

« La coopérative contribue à assurer un revenu stable aux adhérentes. Aujourd’hui, elles sont autonomes et peuvent subvenir aux besoins de leurs familles. Nos 4 adhérentes étudiantes utilisent ce revenu pour financer leurs études universitaires. De plus, je constate que les femmes sont plus assertives qu’avant. Elles participent aux formations, elles sortent du douar, elles vont voir les administrations d’elles-mêmes, elles s’autonomisent. »

Et malgré certaines difficultés, Sarah entrevoit aujourd’hui l’avenir d’un bon œil :

« La mentalité au sein du douar est en train d’évoluer petit à petit. Depuis peu, nous recevons même des demandes d’adhésion d’autres femmes du douar. L’entreprenariat féminin devient de plus en plus accessible, nous sommes sur la bonne voie ! »

 

Le projet PAGIE en quelques mots


  • Pour augmenter de manière significative les revenus des petits agriculteur·rices dans les zones oasiennes, montagneuses et présahariennes, le Maroc a adopté une stratégie solidaire appelée Pilier II du Plan Maroc Vert.
  • En étroite collaboration avec nos partenaires nationaux et locaux, Enabel accompagne le développement de la filière phoenicole (le palmier dattier) dans le Souss-Massa. Nous travaillons au renforcement de la chaine de valeur phoenicole : de l’amont, avec des formations des agriculteurs aux pratiques agricoles, à l’aval, avec l’accompagnement de ceux-ci dans la création et la gestion de coopératives et de Groupements d’intérêt économique (GIE), ainsi que dans la commercialisation de leurs produits.
  • Durabilité du projet : les palmeraies forment un rempart naturel contre la désertification, notamment via des barrières fabriquées à base de déchets du palmier dattier pour retenir le sable. Cependant, les changements climatiques et la raréfaction des ressources en eau ont fragilisé l’équilibre de cet écosystème. C’est pourquoi nous soutenons des techniques de production du palmier dattier fondées sur l’agroécologie.
  • Le budget du projet s’élève à 13,5 millions d’euros et 100 millions de dirhams marocains.
  • Financé conjointement par la coopération belge et l’état marocain, le projet a débuté en 2016 et se clôturera en 2023.

Autres actualités et ressources

Actualités

16 juillet 2024

The European Union needs to stay engaged in fragile contexts

The European Union has a special responsibility for its neighbouring continents and should play a leading role in international cooperation.

En savoir plus

kid jumping on a stage Actualités

08 juin 2024

Investir dans l’avenir : rapport d’activités 2023 – 2024

Découvrez pourquoi il nous faut revaloriser la coopération internationale. Pourquoi Enabel n’est pas seulement une agence belge, mais aussi européenne et africaine. Lisez en plus sur le lancement d’activités dans un nouveau pays : l’Ukraine. Ainsi que sur le démarrage de nouvelles activités dans le secteur de l’hydrogène vert.

En savoir plus

Actualités

07 juin 2024

De la croissance ? Oui, mais inclusive

La croissance économique ne bénéficie pas toujours à tous. Enabel vise donc une « croissance inclusive » qui inclut femmes, jeunes et groupes vulnérables. Voici comment.

En savoir plus

square in Kyiv, Ukraine Actualités

07 juin 2024

L’Ukraine: nouveau pays, nouveaux défis

En décembre 2023, le gouvernement belge mandate notre organisation pour lancer un programme de soutien à la reconstruction en Ukraine.

En savoir plus

Deux jeunes acteurs sur un tournage Actualités

07 juin 2024

Voyage en terre créative

Lancé en 2021, Guinée Créative soutient l’émergence des entreprises actives dans les domaines de la mode, du design et de l’audiovisuel.

En savoir plus

sheeps crossing the road, Niger Actualités

07 juin 2024

Sous l’instabilité sahélienne, l’indispensable coopération internationale

Si l'Europe a des intérêts stratégiques en Afrique, son influence y décroît à vive allure. La coopération européenne et belge avec l'Afrique, inscrite dans une logique de solidarité, doit s’adapter à la nouvelle donne géopolitique mondiale.

En savoir plus

Restez informé·es

Suivez nos actions ainsi que les dernières tendances en matière de coopération au développement.

Newsletter Fr

« * » indique les champs nécessaires